A propos de Rose Harel,

 Poète Normande 1826-1885

www.rose-harel.org

 

Rose Harel : Portrait

Des Mots & des Pinceaux

"L'Alouette aux Blés"

"Fleurs d'Automne"

par Marie de Besneray

par Raymond Bazin

par Raoul Jacquemin

par Alexandre Massé

Plan du site

Geo Visitors Map

Normande ... Tisserande ... Servante ... et toute sa vie Poète !

   

Lithie par E. Poutrel d'après une Photoie de J.Doesnard

 

"Tisserande en bas, dans la cave où la pauvreté cingle son courage, elle est poète là-haut, dans la houle des feuilles, quand l'été roussit les chênes, parmi les seigles qui ondulent en chantant le secret des saisons ... Dans une cave humide, Rose tissait de la toile..."Marie de Besneray.

"C’est une fantaisie étrange du destin,

D’avoir près d’un fuseau, mis un luth dans sa main..."

 

 

 - Je dédie ces pages et mes recherches aux habitants de Bellou, d'hier et d'aujourd'hui, NJ -

 

Vers 1880, alors qu'elle est servante à Lisieux chez une marchande de fromages, Rose est présentée à Marie de Besneray, membre de la Société des Gens de Lettres, et romancière Lexovienne. Marie de Besneray est -contera-t-elle- douloureusement impressionnée à la pensée des souffrances endurées par la pauvre servante dont elle a lu le premier ouvrage, et elle lui tend la main. "Elle s'occupe de Rose comme une véritable sœur, mettant à sa disposition une petite maison Boulevard Sainte-Anne à Lisieux".

 

Sainte-Anne, patronne des Tisserands ... c'est que "le boulevard est en ce temps ainsi nommé car il longe d'un côté les ateliers des tisserands de frocs dits froctiers, fileurs, toiliers et drapiers, ... et de l'autre les blanchisseries de toiles adjacentes aux industries du textile".

 

Rose est maintenant bien souffrante. Pourtant dès lors, elle se consacre à la préparation d'un second recueil. Une nouvelle souscription est lancée. L’appel de Marie de Besneray, qui en a écrit la préface, est non seulement entendu dans la région normande, mais on dit qu'il reçoit à Paris même l’accueil le plus sympathique.


Hélas, Rose se meurt !....On se hâte, on presse l'imprimeur ... à temps, les premiers exemplaires sont brochés. "Fleurs d'Automne" parait en 1885.

 

Rose Harel est décédée le 4 Juillet de cette même année, à l'âge de 59 ans, des suites d’une maladie de poitrine contractée dans les lieux de sa jeunesse laborieuse. On dit que ce matin-là, elle préféra la présence d'un "Bon Dieu de campagne", le curé de Beuvillers, à celle d'un "Bon Dieu de Cathédrale"; qu'elle accepta la pénitence "à condition qu'il y ait beaucoup de fleurs"; et qu'alors "Marie de Besneray moissonna son jardin et Rose mourut souriante" ...

 

 ... En ces instants peut-être, Rose serra plus fort la main de la petite Jenny "au cœur plein de trouble et de doute, que l'on vit avec courage sourire à sa morne douleur, et posant la main sur son cœur poursuivre son fatal voyage". ("Jenny" L'Alouette aux blés)

 

De nombreux amis la pleurèrent. Elle fut enterrée à Lisieux, et la ville lui rendit grand hommage. Plus tard, une plaque fut posée sur sa dernière demeure, et le nom de rue Rose Harel fut donné à la rue des Deux-Sœurs. Sont gravés sur sa tombe, choisis par ses amis, ces quelques mots que Rose avait écrits, en 1858 comme un billet d'excuses : "C’est une fantaisie étrange du destin, D’avoir près d’un fuseau, mis un luth dans sa main..."

 

Tout au long de sa vie, Rose est revenue régulièrement auprès de sa mère à Bellou. Son profond attachement au village, entre trois et quatre cents âmes au XIXème siècle, est largement exprimé dans ses poésies. Jenny, Retour au village, Olivier et Catherine ses vieux voisins, l'église de Bellou, le curé de Bellou, le vieux manoir, la fête à Moutiers, Pierre et Pierre, sa tante Félicité, Maitre Louis et son fils Jean, les moissons, et tant de choses encore... sont autant de clins d'œil aux gens du pays si chers à son cœur. Tout a existé, tous furent.

 

La reconnaissance de son art en poésie détourna Rose du chemin de ses rêveries pour "l'éternel sommeil, sous un tertre ignoré couvert d'herbe au soleil... oh! mon village"...

 

Ainsi vécut Marie, Rose, Eugénie Harel ... ©NJGJ@vimoutiers.net

 

         

.../...

Portrait page 1 - Portrait page 2 - Portrait page 3

 

Visiter l'église de Bellou

Marcher dans la forêt de Moutiers-Hubert

Lisieux, promenade au temps de Rose Harel

Lisieux, les marchés au temps de Rose Harel

 

 

Bibliographie: "L'Alouette aux blés" et "Fleurs d'automne". Registres paroissiaux et d'Etat civil. Recensements. Monographie du sonnet par Louis de Veyrières. Rose Harel par Marie de Besneray, Raymond Basin, Raoul Jacquemin, Alexandre Massé. Une promenade lexovienne par Christiane Bouland et Claudine Quesnot. Bibliothèque électronique de Lisieux, University of Toronto libraries, Gallica, Google books.

 

|I-frame|Javascript|Tousdroitsréservés|@copyright|webmaster|

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

c

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

x